• Aimer Angers

Contrat de Transition Écologique (CTE) - Angers Loire Métropole

Mis à jour : avr. 14

Bonsoir mesdames et messieurs,

Comment ne pas se réjouir de la signature prochaine de ce Contrat de Transition Écologique, même s’il aurait trouvé plus de sens à être rédigée après les assises agir face à l’enjeu. C’est une démarche pionnière qui vous honore… qui nous honore tous également car notre communauté est en avance dans cette procédure initiée par l’État.

Sans doute Madame la vice-présidente auriez-vous pu rappeler dans votre présentation que cette avance ne date pas d’hier puisque nous héritons, grâce aux précédentes équipes municipales, d’un historique riche et engageant en la matière : les Agendas 21 successivement développés, le Plan Climat Energie Territorial mais aussi le Plan Biodiversité.

L’écologiste que je suis ressens donc de la satisfaction, mais l’écologiste que je reste se pose des questions. Et elles sont très nombreuses ces questions, tellement nombreuses que je me demande pourquoi, j’en suis toujours au stade de me les poser. Alors puisque c’est mon ressenti en tant qu’élu censé être bien informé, je pense que ce sera également le sentiment de bien des observateurs, des associatifs et des citoyens qui vont se sentir exclus de cette initiative. C’est malheureux vous en conviendrez. Probablement allez-vous me dire que les assises seront l’occasion d’apporter des réponses, même si au fond rien ne vous empêchait, en amont de cette présentation, de solliciter quelques-uns d’entre nous qui portent depuis longtemps les sujets abordés ici.

Des questions donc, des débats assurément. Je ne résiste pas d’ailleurs à la tentation d’en ouvrir certains pris au hasard. En premier lieu l’absence très regrettable d’un axe social recouvrant entre autres l’accès au logement, la tarification de l’énergie et des transports, la formation aux nouveaux métiers, l’information des usagers, le retour des commerces et des services au plus près des populations urbaines et rurales.

Mais aussi une surprise concernant la très grande pauvreté des moyens alloués à la recherche d’une économie agricole et alimentaire, notamment pour apporter un soutien très fort au monde paysan impacté par les exigences de ce document. L’oubli également de la logique du dernier kilomètre et plus généralement de la mutation de nos méthodes de consommation. En vrac encore, le manque d’ambition dans la migration des véhicules de la communauté, le peu de prise en compte du vélo dans les intermodalités, l’absence d’un fond de soutien pour les initiatives technologiques en lien avec l’écologie et enfin le peu de considération pour le devenir et le potentiel écologique de notre rivière et de notre fleuve.

Vous dire également Madame la vice-présidente qu’il me semblerait indispensable de renforcer les indicateurs de performance notamment sur les déchets, la pollution, les statistiques santé, l’artificialisation nette, l’utilisation des transports en commun, l’évaluation de la satisfaction des acteurs économiques, associatifs et citoyens. Et tellement d’autres encore.

Mais une fois encore je veux vous redire notre soutien à cet engagement qui pose clairement un jalon. J’espère cependant que vous aurez compris notre souhait d’être associé sur ces sujets. Ce sera aussi celui de tous les citoyens qui se mobilisent. Ne travaillez pas seul comme vous l’avez fait cette fois-ci : nous sommes à vos côtés. C’est pourquoi nous attirons votre attention sur la gouvernance de ce CTE et notamment sur le comité technique qui trouverait une légitimité à intégrer des élus de toutes les sensibilités ainsi que des représentants d’associations représentatives.

Enfin Monsieur le président et n’y voyez pas compte tenu de l’actualité de malice de ma part, je m’étonne en effet que le département soit passé successivement du point d’interrogation dans les documents préparatoire, à la mention : s’il y a lieu dans le texte de cette délibération, pour enfin à plus rien du tout dans le projet de contrat fourni en annexe. Il ne nous semble pas possible d’envisager, pour ce document, l’absence de la collectivité départementale absolument indispensable pour la cohérence du dispositif.

- Stéphane LEFLOCH -

Conseil de communautaire du 12 avril 2021


17 vues0 commentaire