• Aimer Angers

Compte administratif

Monsieur le Maire, chers collègues,


Le compte administratif qui nous est présenté est antérieur à la crise que nous traversons, et qui évidemment impactera les prochaines orientations budgétaires. Celles pour lesquelles nous avons à nous prononcer ont été faites dans un contexte bien différent, notamment post électoral.


Avant d’entrer dans le cœur du budget, je voudrais éclairer les nouveaux élus de ce conseil. J’ai été conseillère dans la majorité, dans la minorité et oui je le dis clairement il m’a fallu du temps pour m’imprégner et comprendre vraiment les tenants et les aboutissants d’un budget. Enfin surtout au regard des présentations (vive les diaporamas) qui nous sont proposées et qui ont cette capacité d’orienter clairement l’appréciation que l’on peut en faire. Ainsi, dans le document qui nous est proposé certains graphiques comparent la situation depuis 2010, d’autres 2012, d’autres 2013 ou encore 2014. Tout dépend de ce qui se faisait avant et du message à faire passer. Tout cela d’ailleurs la plupart du temps sans explication.


Les comptes tels qu’ils nous sont présentés me font finalement penser à ce que vous dénonciez lors de votre élection en 2014 et qui vous avaient alors amenés à diligenter un audit financier. Rappelons-le : cet audit financier considérait qu’il fallait ralentir les investissements. Mais, vous le saviez, nous pensions de même. En effet, oui, l’année pré éléctorale est généralement une année au cours de laquelle un maximum de projets a été lancé et d’investissements engagés. D’ailleurs, page 12 vous titrez « avec 90,6 millions d’euros, des dépenses d’investissement au plus haut depuis 10 ans. » C’est étonnant comment cette phrase selon la période à laquelle vous la prononcez peut avoir un sens différent. Peut-être Monsieur le Maire, serait-il alors urgent de diligenter un audit financier ? Qu’en pensez-vous ?


Un second point de vigilence sur lequel j’avais alerté en janvier lors du vote du budget c’est l’accroissement de l’endettement de notre ville : oui, la dette est faible par rapport aux villes de meme strate mais pourtant, elle a doublé depuis 2014 et il y a urgence à stopper cette forte progression.


Votre stratégie financière est rappelée dans le document. Mais nous ne partageons pas les moyens pour y arriver. En effet, la baisse des dépenses de fonctionnement se traduit d’abord nécessairement par une baisse des dépenses de personnel : cela engendre une baisse des services publics proposés. Cela est aussi dû à une externalisation d’un certain nombre de services ainsi qu’au transfert de certaines compétences à l’agglomération.


L’interprétation de ce budget est par ailleurs tronquée par des recettes exceptionnelles et qui donc ne se renouvelleront pas : elles représentent 6 millions d’euros et tombent à point nommé. A cela s’ajoute les dividendes de la SOCLOVA lesquels auraient dû profiter directement à une amélioration du patrimoine de ce bailleur et donc aux locataires. Mais je n’y reviendrais pas car je connais vos arguments, vous connaissez les nôtres.


Enfin, cet exercice budgétaire s’inscrivait dans un contexte de reprise économique nationale et couplé aussi par une augmentation de la DSU, autant de critères qui permettent effectivement une amélioration de la structure financière de la ville, mais qui ne sont pas pérennes.


Et 2020 est arrivé : cette année si particulière, totalement inédite, dont personne aujourd’hui ne peut mesurer l’impact sur les populations, les entreprises, les associations et j’en passe… Les collectivités vont devoir adapter leur budget en raccord avec de nouvelles stratégies. Les finances publiques d’hier ne seront pas celles de demain et devront s’adapter à tous les niveaux aux impacts colossaux qu’auront les crises sanitaires, économiques et sociales. La situation financière d’une commune devra dorénavant être étudiée en fonction de sa stratégie, de sa volonté d’agir aussi en réponse à cette crise.

Dans ce contexte et plus que jamais il y a urgence à inscrire la transition écologique et la transformation sociale comme priorités absolues. Nous en sommes convaincus et nous serons extrêmement attentifs dans les prochains mois à ce que les orientations que nous voterons dans cette enceinte y répondent.

- Juin 2020 -

Silvia CAMARA-TOMBINI


Conseil municipal

1 vue0 commentaire