• Aimer Angers

Charte d'engagements des promoteurs

J’imagine combien la rédaction de cette charte vous a placé en situation d’équilibriste, vous qui êtes en prise avec la grave crise immobilière qui place Angers en pole position d’une spéculation qui exclue les plus modestes combinée à une communication écologique complexe à concrétiser et cela en évitant de faire fuir les promoteurs dont l’objectif principal, rappelons-le, est de faire du profit.

Malheureusement, à tout vouloir faire en même temps vous prenez le risque de n’être efficace en rien et cette charte traduit ce constat. Elle aurait dû d’ailleurs s’inscrire dans une politique foncière générale dont nous avons totalement perdu la trace, sauf peut-être le programme Imagine Angers qui ne répond en aucune manière au désarroi de la très grande majorité des Angevins qui cherchent à se loger.

Au fond, une fois lu ce document m’est resté le sentiment que vous ne faites que décrire ce qui se pratique déjà dans notre ville, par exemple aux Bretonnières. Rien de nouveau, donc, dans cette charte, rien d’engageant ni de révolutionnaire.

En effet, comment devons-nous interpréter l’absence de l’immobilier locatif et d’un encadrement partiel des loyers. Comment ne pas envisager aussi la mise en place d’une réserve foncière municipale à destination d’initiatives individuelles, en fournissant des terrains, avec une assistance à projet pour faire appliquer les exigences environnementales. Pourquoi ne pas proposer également dans ce cadre la remise en état des copropriétés vieillissantes.


Vous sélectionnez en outre des promoteurs, alors ne faut-il pas identifier aussi des cibles priorisées en fonction de la conjoncture : les personnes âgées, les étudiants, les familles monoparentales ou les familles nombreuses, cela sans créer de déséquilibres visibles dans la mixité.

Concernant les 25% de logement à prix de vente maîtrisé, outre que cette proportion me semble insuffisante je m’étonne que le logement individuel soit fléché moins cher que le logement collectif. Cela devrait être le contraire. Il faut absolument déconnecter les coûts de revient du logement et jouer sur le levier des prix encadrés pour minimiser la consommation d’espace naturel sans brider exagérément les aspirations des futurs propriétaires en habitat individuel.

Du point de vue environnemental nous devons aussi regretter que ce soit le seul fait d’avoir un chauffage urbain qui enclenche une classification E3. Pourtant la crise climatique et énergétique imposera bientôt qu’une forte proportion des logements neufs soient en mesure de produire l’énergie. Chauffage urbain ou pas il faudrait en conséquence que tous les logements neufs soient classifiés E3. Voilà une vraie rupture.

Curieux également aussi de ne pas voir trace d’une gestion raisonnée des eaux de pluie ou de la prise en compte des typicités de déchets, par exemple en facilitant le recyclage au sein même des copropriétés. Que dire enfin de la quasi-absence dans ce document du mot parking pourtant générateur d’un effet dévastateur sur notre consommation d’espace.

Probablement allez-vous me faire remarquer que construire avec des contraintes environnementales fortes ou en subventionnant quelques fois l’accès au logement coûte beaucoup plus cher. Je veux donc une nouvelle fois rappeler qu’investir pour mieux préserver le lendemain est aussi une très bonne façon de faire des économies.

Monsieur l'adjoint, Monsieur le maire j’aurai en outre apprécié que la présentation de cette charte soit accompagnée d’une méthodologie précise. À commencer par la diffusion de la liste des promoteurs signataires, la pondération des critères dans les procédures de choix, la description des marchés conclus sous couvert de la charte, l'analyse à posteriori des performances obtenues et la mise à jour de la charte au fur et à mesure des innovations.

En conséquence compte tenu du manque de perspectives foncières dans lequel s'inscrit ce document et d'absence d'un contenu novateur et ambitieux nous nous abstiendrons en espérant que cela puisse vous inciter à nous présenter une nouvelle mouture portant les germes d'un rayonnement d'Angers concernant ce sujet fondamental.


Retrouvez son intervention en vidéo ici


- Stéphane LEFLOCH -

Conseil municipal du 31 mai 2021

14 vues0 commentaire